Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un blog où je vous fais partager mes chroniques littéraires, mes coups de coeur, j'essaie de mettre en lumière des romans, des livres qui semblent dans l'ombre. Je suis une amoureuse des mots assemblés, de ces personnages de romans que l'on croise, que l'on rencontre dans nos vies.Tous ces mots qui nous enveloppent sans cesse et que l'on n'ose pas dire, qu'on n' arrive pas à écrire, qu'on garde au fond de nous comme des larmes et qu'on retrouve dans les livres. Une page pour partager l'art littéraire, parce que l'art c'est ce qui nous fait respirer et qui nous sauve de tout.

21 Jul

Les dessous d'un rêve américain de John Searles

Publié par Sansfin

Les dessous d'un rêve américain de John Searles

Le premier roman de John Searles est un coup de cœur, un livre étonnant, une plume bien aiguisée. Ça se passe dans les années 70 dans une petite ville ouvrière des Etats-Unis. C'est l'histoire de Dominick, un jeune adolescent de 15 ans, rêveur, idéaliste, drôle et très attachant par sa personnalité, son altruisme, son dévouement et surtout son grand courage. Il doit se construire au milieu d'une mère malade alcoolique, d'un père infidèle, des secrets de famille, des mensonges. Il va rencontrer Jenny et les deux novices vont découvrir l'amour. Ils vont traverser ensemble tout ce qui bat de l'aile, apprendre que la vie n'a pas de mesure et qu'il faut se battre pour s'envoler. La voix de Dominick résonne encore même après avoir posé le livre, il fait partie de ces personnages qui marquent et dont on se rappelle quand le temps est abasourdi par l'avenir. Les mots sont sensibles, les pensées profondes. On est pris dans une bulle jusqu'à la dernière page. Un roman sombre et poignant . L'auteur est un autodidacte, il n'a pas grandi au milieu des livres et de l'art mais un monde de mots s'est dessiné en lui quand il fut confronté à ses premiers deuils. Une pépite littéraire rare, à découvrir d'urgence.

 

Extraits du roman :

 

" Les signes. La vie te les dépose sous le nez. Un. Deux. Trois. Il suffit de regarder, Dominick. Tu t'en apercevras quand tu seras plus grand. Si tu prends du recul et contemples le monde autour de toi, tu remarques toujours des points de repère. Des balises qui t'indiquent la voie. A l'époque, il buvait déjà trop. Il mentait. Mais je faisais semblant de ne pas le voir parce que j'avais tellement...tellement... envie de lui. C'était comme si une voix venue du futur me disait à quoi ressemblerait notre vie plus tard, mais je ne voulais pas l'entendre. J'ai coupé le son et voilà où ça m'a menée aujourd'hui."

 

 

" Je regarde dans le miroir et décidai que j'avais le choix : je pouvais rester là à laisser une bande de minables s'apitoyer sur mon sort, ou je pouvais trouver un moyen de me racheter aux yeux de ma mère. Je n'avais pas encore de plan mais je savais que je devais me tirer d'ici et m'éclaircir les idées. J'enfouissais ma peur et ma solitude, tout comme j'avais enfoui mon chagrin."

 

 

" Passer la nuit avec elle était vraiment génial. Elle ne ressemblait à aucune autre fille que j'avais rencontrée. Lorsque je l'imaginais fixant le ciel rempli de nuages, attendant que son père fasse sortir le soleil, mon cœur se serrait, parce que je savais exactement ce qu'elle ressentait. Je fus ravi d'avoir l'occasion de voir Jenny nue de dos tandis qu'elle quittait la chambre. Elle était belle. C'était la fille que j'aimais."

 

" A cet instant, je sus que je ne la tuerais pas. Je n'allais rien faire du tout . En la voyant avec le bébé et ces deux hommes, ma colère s'était métamorphosée en quelque chose de triste et creux. Sans pouvoir me retenir, je glissai sur le sol et me mis à pleurer, incapable d'enfouir mes sentiments cette fois. Qu'avais-je espéré au juste en retrouvant Edie ? J'avais cru que ces mots blancs dans ma tête me guideraient. Mais ils étaient toujours aussi indéchiffrables, un-je-ne-sais-quoi que j'attendais d'elle. Edie vivait sa nouvelle vie dans le confort médiocre de cette chambre à coucher. Je vivais la mienne dans les ténèbres de cette ruelle. Ces mots dans ma tête n'étaient rien d'autre : une blancheur, un vide qui n'était que mon désir de voir les choses s'améliorer. Mais c'était impossible. Comme ma vie était simple autrefois, même si je n'en étais pas conscient à l'époque. Passant la nuit dans la voiture avec ma mère et Marnie, extirpant mon père des bars.Tout cela m'apparaissait si innocent à présent."

Commenter cet article

Archives

À propos

Un blog où je vous fais partager mes chroniques littéraires, mes coups de coeur, j'essaie de mettre en lumière des romans, des livres qui semblent dans l'ombre. Je suis une amoureuse des mots assemblés, de ces personnages de romans que l'on croise, que l'on rencontre dans nos vies.Tous ces mots qui nous enveloppent sans cesse et que l'on n'ose pas dire, qu'on n' arrive pas à écrire, qu'on garde au fond de nous comme des larmes et qu'on retrouve dans les livres. Une page pour partager l'art littéraire, parce que l'art c'est ce qui nous fait respirer et qui nous sauve de tout.